Loader
5 (autres) vinyles avec une tracklist de qualité 🏆 (2/2) | Monsieur Vinyl
vinyle, microsillon, 33 tours, collection, collectionneur, vinyl, musique, platine, audio, disque, disques, label, indépendant, nouveauté, actualité, youtube, vidéaste, audiovisuel
6762
post-template-default,single,single-post,postid-6762,single-format-standard,wp-embed-responsive,bridge-core-2.6.4,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-24.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

5 (autres) vinyles avec une tracklist de qualité 🏆 2/2

Vous avez apprécié la première partie dédiée aux tracklists de qualité. Dans cette seconde vidéo, voici 5 autres vinyles où la sélection musicale est pertinente. Cette fois-ci, quelques vinyles européens se sont invités à la danse…

1 – High Fidelity

Hollywood Records (2000, 0109181HWR – ALLEMAGNE)

Dois-je encore vous présenter le film que tout collectionneur de vinyles se doit d’avoir vu dans sa vie ? D’ailleurs, avant d’être un film, c’est un roman écrit par le génial Nick Hornby. L’histoire d’un disquaire qui décide, suite à une rupture, de faire le point sur sa vie amoureuse. Là où le récit est ingénieux, c’est que chacune de ses aventures amoureuses passées a un lien direct avec des références musicales. Un délice pour tout mélomane.

La B.O. se devait donc d’être à la hauteur. Et, de ce côté là, c’est réussi. La plupart des morceaux entendus dans le film y trouvent leur place et proviennent de plusieurs périodes différentes. On y entend les 13th Floor Elevators, les Kinks ou encore les Velvet Underground qui côtoient Stereolab, Stevie Wonder ou encore Elvis Costello.

Côté vinyles, cette bande-son a été largement publiée en Europe sous plusieurs pressages. Les Américains devront attendre 2015 pour voir une réédition arriver sur leur sol sous l’aspect d’une édition en vinyle orange transparent lors du Record Store Day. Enfin, entre le pressage anglais et le pressage allemand, de nombreux points diffèrent, à commencer par l’ordre et le contenu de la tracklist.

Par ailleurs, je vous invite à consulter un article que j’avais écrit au sujet de ce film et des différents vinyles existants ICI.

2 – Friends

Reprise (2020, 093624895497 – EUROPE)

Faut-il encore que je vous présente « Friends » ? Je pense que le titre en lui-même suffit à vous remémorer les nombreux souvenirs de cette série qui durera 10 ans sur NBC.

Ce que l’on sait moins, c’est que la série a bénéficié en 1995 d’une compilation de morceaux très intéressants, davantage axés Folk/Rock. D’abord publiée sous la forme CD, la version vinyle (limitée à 3000 exemplaires en vinyle rose) est seulement apparue dans les bacs en 2020.

Côté artistes, la tracklist accueille Lou Reed, les Pretenders, Grant Lee Buffalo, Joni Mitchell, et bien sûr les Rembrandts avec leur célèbre morceau « I’ll Be There For You », le tout entrecoupé par quelques dialogues issus de la série.

3 – Baby Driver

Columbia (2017, 88985 44664 1 – USA)

Voici certainement la B.O. la plus intéressante de toute ma sélection. Pourquoi ? Car le film ne peut pas se passer de sa bande-son et inversement. « Baby Driver » a, en effet, cette particularité de synchroniser parfaitement ses scènes d’action sur le rythme de la musique. C’est d’ailleurs tout l’intérêt de ce petit bijou mené de front par Ansel Elgort, Kevin Spacey et la délicieuse Lily James.

Côté programme musical, le festival sonore est de mise. Tout commence avec la frénétique « Bellbottoms » des Jon Spencer Blues Explosion, très vite suivie par la classique « Harlem Shuffle » de Bob & Earl. On y entend également The Beach Boys, Dave Brubeck, Queen, ou encore Sam & Dave en passant par « Intermission » de Blur. En somme, du plaisir à l’état pur composé par des marqueurs générationnels de tous ordres.

4 – The Big Lebowski

Mondo (2019, MOND-149 – USA)

Culte. C’est le mot. Tellement culte que « The Big Lebowski » est rentré en grande pompe dans la Pop Culture pour ne plus jamais en ressortir. Pas étonnant pour ce film mené brillamment par les frères Coen. Et si certains morceaux vous rappellent certaines scènes, soyez sûrs de ne pas être seuls dans le monde ! Tout le monde se rappellera du Duc, de son tapis et de ses amis au bowling.

La bande-son est un cocktail savamment bien dosé, et devenu presque aussi culte que la bande-son de « Pulp Fiction ». Comment ne pas se projeter les images du film avec « The Man In Me » de Bob Dylan, ou encore « Just Dropped In » de Kenny Rogers & The First Edition ? On y croise également les Gipsy Kings, Henry Mancini, et même Yma Sumac.

Pour la partie vinyles, « The Big Lebowski » a bénéficié de nombreux pressages, dont les plus connus demeurent les rééditions publiées en 2014 aux États-Unis, et les différentes rééditions couleurs opérées par Mondo en 2019.

5 – Say Anything

A&M Records (2012, B0016609-01 – USA)

Afin de clore cette sélection, je tenais à vous parler de « Un Monde Pour Nous », un film qui débarquera dans les salles obscures en 1989. Réalisé par Cameron Crowe (le réalisateur de « Presque Célèbre »), le film est un croisé entre un teen-movie et une comédie romantique. Malgré la présence de John Cusack dans le rôle principal (tiens, il n’avait pas joué dans « High Fidelity » lui ?), « Un Monde Pour Nous » ne marquera pas l’histoire du cinéma, mais apportera tout de même une bande-son intéressante dans le bac ‘soundtrack’.

Démarrant par « All For Love » de Nancy Wilson, cette tracklist n’aurait pas pu démarrer mieux ! On y trouve ensuite du Cheap Trick, du Depeche Mode, du Joe Satriani, du Red Hot Chili Peppers ou encore The Replacements et Living Colour. Un cliché d’une époque musicale pour une bande-son géniale.

Plusieurs pays ont été concernés par la sortie vinyle de cette ‘soundtrack’, à savoir les Pays-Bas, le Brésil, les États-Unis et l’Australie. Elle reste néanmoins peu courante dans les bacs.