Loader
📦🎃 "Suspiria" de Goblin : 45 ans plus tard... | Monsieur Vinyl
vinyle, microsillon, 33 tours, collection, collectionneur, vinyl, musique, platine, audio, disque, disques, label, indépendant, nouveauté, actualité, youtube, vidéaste, audiovisuel
9647
post-template-default,single,single-post,postid-9647,single-format-standard,wp-embed-responsive,bridge-core-2.6.4,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-24.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

📦🎃 « Suspiria » de Goblin : 45 ans plus tard… 🩸 vinyle anniversaire

📦🎃 Le film « Suspiria » de Dario Argento fête ses 45 ans en 2022. Un anniversaire fêté dignement avec l’arrivée d’un magnifique coffret vinyle & CD contenant une révision de la bande originale originellement composée par Goblin. Voici l’occasion d’un nouvel unboxing durant lequel je reviens également sur les débuts de carrière du groupe italien.

L’Italie, c’est le berceau de Goblin, un groupe Rock Progressif fondé en 1972 sous la houlette du claviériste Claudio Simonetti et du guitariste Massimo Morante.

À ses débuts, le groupe ne se nomme pas encore Goblin… mais Oliver. Les membres du groupe opteront pour le nom Goblin en 1974 au moment où ils seront signés sur le label Cinevox, un contrat qu’ils doivent notamment au père de Claudio Simonetti (Enrico Simonetti) déjà introduit depuis longtemps dans le monde musical et cinématographique.

1975 : l’heure de la révélation

L’année 1975 marque le début d’une belle rencontre avec le réalisateur italien Dario Argento (que l’on a notamment pu apercevoir en tant qu’acteur dans le film « Vortex » de Gaspar Noé). À cette période, Dario réalise son cinquième film, « Les Frissons de l’Angoisse » (« Profondo Rosso »). Pour la musique de celui-ci, il attribue alors le travail au jazzman Giorgio Gaslini (qui l’avait déjà accompagné sur son précédent film).

Pourtant, le destin va davantage donner raison au jeune groupe de Simonetti et Morante. Il faut dire que Gaslini abandonne le projet en cours de route suite aux arguments de Argento qui ne trouve pas le travail du musicien très approprié (voire « affreux » pour reprendre ses propres termes)… une place est donc à prendre. Argento souhaite alors le remplacer en « se payant » les services de Pink Floyd, mais nos britanniques sont davantage occupés par leur album « Wish You Were Here ». Il tente également sa chance auprès de Emerson, Lake & Palmer ou encore de Deep Purple… mais tous ces groupes sont bien trop chers pour son budget.

Finalement, c’est Carlo Bixio (alors éditeur à l’époque) qui va lui faire écouter le travail musical de Cherry Five. Argento est séduit par l’univers Rock Progressif qui s’en dégage. Cherry Five est, en réalité, Oliver… Sur les recommandations de Argento, Cherry Five est renommé Goblin. Et c’est ainsi que le groupe hérite des morceaux que Gaslini avaient composés pour « Profondo Rosso ». Il les réinterprète et les arrange à leur manière, avec toutefois une consigne émanant de Argento : faire sonner le thème comme celui de « Tubular Bells » de Mike Oldfield. Au final, seulement 10% de l’écriture de Gaslini survivront. Le tout deviendra disque d’or avec un million de copies vendues dans le monde rien que la première année, tout en restant 52 semaines dans les charts italiennes.

Grâce à ce succès – et dans une période d’entre-deux – les Goblin tentent une nouvelle aventure et publient leur premier album studio : « Roller ». Ce dernier recevra un succès plus mitigé et finira même par devenir un échec commercial.

La période « Suspiria »

Deux ans plus tard, Argento revient vers Goblin et, cette fois-ci, leur donne la possibilité de s’occuper de la B.O. de son sixième chef-d’œuvre : « Suspiria », un giallo basé sur une histoire de sorcières. Mais, surtout, il leur laisse davantage de temps pour la composition et l’enregistrement (trois mois de délai, contre 10 jours précédemment pour « Profondo Rosso »).

Les premières démos qui émanent du studio sont utilisées sur le plateau de tournage par Dario Argento afin d’aider les acteurs à s’imprégner de l’ambiance. Concernant l’aspect musical, la consigne du réalisateur auprès du groupe est simple : « j’ai besoin que le public sente que les sorcières sont toujours là, même si elles ne sont pas réellement à l’écran ». Le travail qui en résulte est expérimental, agrémenté ci et là de voix chuchotées et de parties jouées aux synthétiseurs qui donnent au film une tonalité vraiment angoissante, flirtant quelquefois même avec la folie, ce qui participera indéniablement au succès du film. « Suspiria » reste, encore aujourd’hui, une référence musicale importante dans le vaste monde du cinéma d’horreur.

Depuis 1978, le groupe Goblin est très divisé ; pendant longtemps, on retrouve d’un côté la partie menée par Claudio Simonetti, et de l’autre celle de Massimo Morante. Au fil des tournées et des reformations, de nouvelles line-up voient le jour : New Goblin, The Goblins, Back To The Goblin, Goblin Rebirth, ou encore The Goblin Keys,… Malheureusement, au mois de Juin 2022, Morante est décédé à l’âge de 70 ans, laissant Simonetti seul héritier d’une histoire qu’ils avaient fondée à deux 50 ans plus tôt.

Pour Claudio, les choses sont claires : « nous ne voulons ignorer aucun groupe actuellement actif avec un nom similaire, nous voulons simplement continuer à diffuser le grand héritage de la musique de Goblin à notre manière, une musique qui a inspiré tant de groupes et tant de générations de musiciens à travers les années. »

Anecdote amusante : en 2012, lorsque Claudio Simonetti rencontre pour la première fois le maître John Carpenter, il découvre que la partition de « Halloween » est directement inspirée par le travail de Goblin sur « Profondo Rosso ». Carpenter lui dit alors : « je vous connais très bien, j’ai piqué toute votre musique ! »

45 ans plus tard…

45 ans plus tard, « Suspiria » est toujours dans les esprits. Un anniversaire loin d’être anecdotique qui est une occasion toute trouvée pour réenregistrer et réactualiser la légendaire B.O. dans une toute nouvelle version Prog Rock. Claudio Simonetti et son groupe s’en chargent et c’est sous le label Rustblade qu’une somptueuse édition voit le jour au mois d’Octobre 2022 afin de délivrer dans les chaumières ce beau bijou musical, dont l’artwork est réalisé par l’artiste italienne Simona Simone.

En tout, trois éditions en vinyle sont proposées : la première est une édition en vinyle bleu transparent ‘marbled’ limité à 666 copies. La seconde est une édition en vinyle magenta transparent ‘marbled’ limité à 199 copies (avec un insert). Enfin, la plus belle édition prend les traits d’un coffret limité à seulement 199 copies qui contient à la fois un vinyle transparent en couleur ‘lavande’, un CD, l’affiche du film, un insert, et un t-shirt en taille L, le tout soigneusement rangé dans un sac en organza transparent de couleur mauve.

En parallèle à cette sortie, la troupe à Simonetti reprend du service et repart en tournée aux États-Unis et au Canada du 24 Septembre au 12 Décembre, dates durant lesquelles elle interprétera « Suspiria » en ciné-concert (durant la projection du film), ainsi que les plus grand classiques de l’âge d’or de Goblin.

Liens à faire tourner…

Goblin
💻 Le Site
📷 Instagram
🌎 Facebook
🐦 Twitter

Rustblade Records
💻 Le Site
🎵 Bandcamp

Pick Up Records
💻 Le Site
📷 Instagram

Intermezzo Media
💻 Le Site
🌎 Facebook
🐦 Twitter

Simona Simone Art
📷 Instagram