Mon Top 10 des musiques de film | Monsieur Vinyl
2938
post-template-default,single,single-post,postid-2938,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Mon Top 10 des musiques de film 🎬

Au fil des années, j’ai écouté et compilé bon nombre de bandes originales de film en vinyle, venues de tous les pays et de toutes les périodes. Aujourd’hui, j’ai décidé d’effectuer un TOP 10 des musiques de films que je considère à la fois incontournables et cultes. Petit tour d’horizon.

 


N° 10
« Beetlejuice » (Danny Elfman) (1989)

Pour les plus aficionados des films ‘Burtoniens’ (mais pas que), Danny Elfman a composé bon nombre de mélodies qui sont restées gravées dans les têtes. Le générique des Simpsons, c’est lui. On le retrouve également crédité pour la série « Les Contes de la Crypte ». À cette période post-eighties, Danny est plutôt inspiré artistiquement parlant. C’est d’ailleurs – selon moi – sa meilleure période : « Batman Returns », « Night Breed » ou encore cette B.O. de « Beetlejuice » qui restera certainement un des thèmes musicaux les plus reconnaissables dans l’univers du film fantastique.

L’édition vinyle américaine originale renfermait un leaflet promotionnel qui vous permettait de commander votre tee-shirt aux couleurs du fantôme le plus détesté du Royaume des Morts. Trente ans plus tard, pour fêter l’anniversaire de la sortie du film sur les écrans en 1989, le label américain Waxwork Records a publié deux très belles éditions vinyles, dont une édition baptisée Beetlejuice Swirl reprenant les couleurs mauves, blanches et vertes chères à la photographie de ce film culte. En guise de macaron, le Serpent de Sable qui ne cesse de tournoyer lorsque ce vinyle – désormais collector – est joué sur la platine !

Pressage américain de la bande originale de « Beetlejuice »
publié en 1989 sur Geffen Records.
Pressage américain de la bande originale de « Beetlejuice »
publié en 2018 sur Waxwork Records à l’occasion des trente ans du film.

 


N° 9
« Robin Hood And The Prince Of Thieves » (Michael Kamen) (1991)

Cette bande originale est une des meilleures trace musicale que Michael Kamen laissera derrière lui. Après s’être occupé de mettre en musique « 58 Minutes pour Vivre » et « Hudson Hawk », et ayant déjà à son curriculum vitae la B.O. de « Dead Zone » et de « Brazil », le génial Kamen s’est attelé à composer la bande originale de « Robin Hood » s’assurant qu’elle colle parfaitement au décor moyenâgeux du film. Résultat : une vraie réussite.

Michael Kamen participera également pour ce film à la composition de la non-moins connue « (Everything I Do) I Do It For You » interprétée par Bryan Adams. Jeff Lynne (Electric Light Orchestra) fera également une apparition dans cette B.O. avec l’excellent morceau « Wild Times ».

Pour sa distribution européenne, le vinyle a été fabriqué en Hollande et publié chez Polydor. C’est ce pressage que je vous conseille ; au niveau sonore, il n’y a rien à redire. Toutefois, veillez à trouver ce vinyle en excellent état car – étant issu des années quatre-vingt-dix – il demeure fragile ; il est d’ailleurs courant de le trouver griffé de plusieurs rayures, ce qui pourrait malheureusement gâcher plusieurs beaux moments de légèretés musicales de cette très bonne B.O.

Pressage hollandais de la bande originale de « Robin Hood »
publié en 1991 sur Columbia.

 


N° 8
« The Addams Family » (Marc Shaiman) (1991)

« The Addams Family » est une bande originale musicalement riche que, beaucoup, ont malheureusement oublié. Composée par Marc Shaiman (qui avait précédemment composé la B.O. du film « Misery »), elle propose plusieurs variations d’un seul et même thème.

Les treize titres qui la composent sont un vrai bonheur pour les oreilles. On y retrouve notamment une reprise de « The Mooche » (rendue populaire par Duke Ellington), et surtout la rocambolesque « Mamushka » interprétée ici par les acteurs Raúl Juliá et Christopher Lloyd (« Retour Vers Le Futur »).

Autre particularité de cette B.O., elle a été coproduite par Hummie Mann, notamment reconnu pour son travail musical sur deux films de Mel Brooks (« Sacré Robins des Bois » et « Dracula, Mort et Heureux de l’Être »).

La version vinyle de « The Addams Family » – fabriquée en Allemagne pour une distribution européenne – n’est pas courante, mais elle n’est pas excessivement chère. Donc n’hésitez pas à vous la procurer si elle croise un jour votre chemin. Il existe aussi un pressage pour la Corée du Sud. À l’heure où j’écris ces lignes, cette B.O. n’a jamais été rééditée en vinyle.

Pressage européen de la bande originale de « The Addams Family »
publié en 1991 chez Capitol Records.

 


N° 7
« Dark Crystal » (Trevor Jones) (1982)

En cette année 2019, Netflix a décidé de remettre au goût du jour cette fable née sous l’impulsion du génial Jim Henson et de Frank Oz. Projeté en 1982 sur les écrans français, « The Dark Crystal » – à classer dans le rayon ‘Fantasy’ – bénéficie d’une magnifique bande originale qui, à ce jour, n’a pas pris une ride. Voir le film, c’est inévitablement ne jamais en oublier le thème. Le tout a été composé par Trevor Jones (à qui l’on doit également la B.O. de « Excalibur », « Labyrinth » ou encore plus récemment « From Hell »), enregistré aux Abbey Road Studios par le London Symphony Orchestra, et dirigé par Marcus Dods.

La version vinyle d’époque renferme un petit fascicule dans lequel on peut retrouver tous les crédits, ainsi qu’un poster une fois le fascicule déplié. Quant à la pochette, elle bénéficie d’un logo en relief.

Très récemment, le label Enjoy The Ride Records a réédité cette B.O. en proposant sept sublimes éditions vinyles différentes, dont une édition Three Suns Color-In-Color de couleur orange et mauve.

Pressage américain de la bande originale de « Dark Crystal »
publié en 1982 chez Warner Bros.

 


N° 6
« Willow » (James Horner) (1988)

Comment est-il possible d’oublier le thème du film « Willow » réalisé par Ron Howard ? Il faut dire que cette B.O. colle parfaitement à l’univers de ce film culte. Elle a même participé indirectement à son succès. Cette B.O. mérite donc clairement d’être dans ce Top 10.

C’est le grand – et regretté – James Horner qui en composera les notes.

Le vinyle a été publié en 1988 dans plusieurs pays, mais seule la France bénéficiera d’une pochette différente que je trouve – personnellement – beaucoup plus belle que la version classique.

Pressage français de la bande originale de « Willow »
publié en 1988 chez Virgin Records.

 


N° 5
« E.T. The Extra-Terrestrial » (John Williams) (1982)

Étant une œuvre magistrale – voire incontournable – et une bande originale devenue un véritable classique, « E.T. The Extra-Terrestrial » est certainement le plus beau travail de composition que John Williams – fidèle compositeur des films de Steven Spielberg – a pu enregistrer dans sa carrière. Avec « La Guerre des Étoiles », c’est aussi son travail le plus populaire.

Dans ma collection – outre un pressage japonais ‘Roadshow’ – je possède une très belle édition dite ‘audiophile’ américaine publiée en 1986 chez MCA Records et pressé sur du vinyle allemand en provenance du label TELDEC (Telefunken-Decca). À l’ère naissante du digital, cet enregistrement n’aura pas échappé à une mastérisation numérique.

Pressage américain dite ‘audiophile’ de la bande originale
d’ « E.T. L’Extra-Terrestre » publié en 1986 chez MCA Records.

 


N° 4
« The Mission » (Ennio Morricone) (1986)

On ne présente plus Ennio Morricone, talentueux compositeur italien qui laissera de nombreuses empreintes sonores indélébiles dans l’histoire de la musique, et pas uniquement des musiques de western… C’est à nouveau le cas avec « The Mission », véritable hymne intemporel, éternel et enchanteur. En somme, une grande référence musicale qui – une fois entendue – reste gravée au plus profond de soi. Grâce à cette B.O., Ennio Morricone sera nommé aux Oscars, sans pour autant remporter la statuette. Toutefois, elle gagnera un Golden Globe. Le film, quant à lui, remportera la Palme d’Or à Cannes en 1986.

À l’instar d’autres pays dans le monde, le vinyle français propose une pochette complètement différente, exploitant davantage la photographie de l’affiche du film.

Pressage français de la bande originale de « The Mission »
publié en 1986 chez Virgin Records.

 


N° 3
« Tron Legacy » (Daft Punk ) (2011)

« Tron Legacy » est une véritable claque sonore. En 2010, Daft Punk frappe très fort avec cette bande originale qui va ouvrir la porte à une nouvelle forme de musique de film. Fusionnant à merveille la beauté des cordes à la puissance du numérique, le groupe démontre une nouvelle fois leur talent et leur incroyable capacité d’adaptation artistique.

Le vinyle original de « Tron Legacy » est plutôt recherché, surtout en dehors du sol Européen. En effet, en 2011, il a été publié uniquement en Europe et a été limité à 9072 exemplaires seulement. La pochette a une particularité : le logo brille après être exposé à la lumière puis plongé dans le noir (on appelle aussi cela l’effet glow-in-the-dark). Par la suite, une réédition a été publiée en 2015 aux États-Unis.

Pressage européen original de la bande originale de « Tron Legacy »
paru en 2011 chez Walt Disney Records.

 


N° 2
« Cocoon » (James Horner) (1985)

Le regretté James Horner était un grand compositeur et un créateur de thèmes hors-pair. On lui doit notamment les bandes originales de « Willow », « Apollo 13 », « L’Homme Bicentenaire » ou encore « Avatar ». On le sait moins mais c’est aussi lui qui réorchestrera le générique de la 20th Century Fox en 1997.

Même si son plus grand succès reste pour beaucoup « Titanic » (27 millions d’albums écoulés à travers le monde, qui fait de cette B.O. une des plus vendues dans le monde), on oublie trop souvent de dire qu’il est aussi à l’origine de la bande originale du film de Ron Howard : « Cocoon ». Et quelle bande originale ! De magnifiques harmonies, mélangée de douceur et de force orchestrale, « Cocoon » est une vraie leçon de justesse musicale. Elle mérite largement sa place au Top 2 de cette liste.

Pressage canadien de la bande originale de « Cocoon »
publié en 1985 chez A&M Records.

 


N° 1
Edward Scissorhands (Danny Elfman) (1990)

Difficile d’égaler la beauté musicale que nous offre Danny Elfman pour le film « Edward Aux Mains d’Argent ». Certainement l’une des plus belles bande originales de film qui m’a été donné d’entendre ; un thème principal reconnaissable entre milles, des envolées magiques et brillamment maîtrisées,… en un mot : un véritable chef-d’œuvre.

C’est aussi une des bandes originales des années quatre-vingt-dix les plus recherchées en vinyle. En effet, elle a été publiée en quantité très limitée par MCA et le stock s’est épuisé très rapidement au point qu’il était déjà pratiquement impossible de le trouver à sa sortie en 1990. La raison ? Il était soit retiré des magasins soit envoyé à un cercle privé de personnalités.

En 2015, l’exclusivité européenne de cette B.O. va disparaître puisque une réédition apparaîtra pour la première fois sur le sol américain via le label Geffen. Seul hic au tableau : la finition sera différente, et la pochette beaucoup moins belle que l’originale. Quant au son, rien ne vaut le pressage européen d’époque.

Pressage original européen de la bande originale d’ « Edward Aux Mains d’Argent »
publié en 1991 chez MCA Records.

 

Hors Compétition…


« Krull » (James Horner) (1982)

J’ai longuement hésité à placer la B.O. de « Krull » dans mon Top 10. Tout simplement parce que deux bandes originales composées par le génial James Horner s’y trouvaient déjà (« Willow » et « Cocoon »). C’était moins une…

« Krull » est un film étrange, totalement hors-du-temps, et – malheureusement – complètement incompris du grand public américain puisqu’il n’engendrera que 16,5 millions de dollars au box-office pour un budget de 30 millions de dollars… En France, il a comptabilisé à peine 376 000 entrées… En somme, un échec total. En partie en cause, la sortie la même année du sixième épisode de « La Guerre des Étoiles » (« Le Retour du Jedi »), ce qui ne l’aidera pas à se développer face à ce monstre cinématographique.

Pour ce film, James Horner composera une merveilleuse bande originale, plutôt caractéristique de l’ambiance musicale des films d’aventures/fantasy des années quatre-vingt, qu’il enregistrera d’ailleurs avec le London Symphony Orchestra. La qualité musicale est clairement au rendez-vous, à la hauteur du maître, et délivre une très belle identité sonore qui – du même coup – la fait devenir un point fort du film.

Pressage français de la bande originale de « Krull ».

 

Quant à l’édition vinyle, elle sera publiée avec un artwork beaucoup plus fourni que celui que connaîtra les États-Unis. On y voit au premier plan le prince et la princesse, avec – en arrière plan – la Forteresse Noire ; aux États-Unis, seul se trouvait le logo de « Krull » accompagné du ‘Glaive’, l’arme magique dans le film. Dans l’hexagone, c’est les Disques Adès qui distribueront la bande originale ; en parallèle, nous aurons même droit à l’histoire du film racontée par l’acteur Jean Desailly, elle aussi publiée en vinyle. Seuls six morceaux sont tracklistés sur le sol européen, contre huit morceaux pour le sol américain.

Toutefois, le plus beau pressage de « Krull » en vinyle reste – évidemment – le pressage japonais. L’artwork a été révisé, et s’avère beaucoup plus fidèle à l’univers si particulier du film. Au pays du soleil levant, le ciel rouge de l’artwork européen se transforme en noir galactique. Quant au son… vous savez de quoi il en retourne.

 


« Le Roi et l’Oiseau » (Wojciech Kilar) (1980)

Comment ne pas passer à côté de ce qui est, sans nul doute, une des plus belle musique écrite pour un film d’animation ?

Composé par le polonais Wojciech Kilar (également à l’origine de la musique du « Dracula » de Francis Ford Coppola), cette bande originale allie tendresse et beauté et reste indissociable à la poésie émanant de ce merveilleux film français sorti sur les écrans en 1980 et qui obtiendra le prix Louis-Delluc (équivalent du Goncourt).

Chaque fois que j’entends ce disque, je replonge dans les images et le très bel univers de ce dessin-animé créé par Jacques Prévert et Paul Grimault, basé sur le conte « La Bergère et le Ramoneur » de Hans Christian Andersen. Une merveille.

Pressage français de la bande originale de « Le Roi et l’Oiseau ».

 


« Jurassic Park » (John Williams) (1993)

Le son de « Jurassic Park » est unique ; voilà certainement pourquoi elle reste dans l’inconscient collectif. John Williams, fidèle compositeur de Steven Spielberg, compose cette œuvre magistrale en 1993. Elle finira par être récompensée par un BMI Award un an plus tard.

Alors que tout le monde ne jure que par le support CD, la bande originale du film « Jurassic Park » n’est pas amplement diffusée au format vinyle. À l’époque, seuls deux pays en bénéficie : le Brésil et l’Allemagne. Pour les allemands, une très belle version Picture Disc verra le jour. Toutefois, sa disponibilité en magasin sera très limitée à sa sortie.

Très récemment, le firme américaine Mondo a publié des très belles rééditions de cette B.O., elles aussi limitées. L’une d’entre elles, baptisée Amber, est de couleur jaune ambre (limité à 1000 exemplaires) avec un macaron central représentant un moustique ; une manière subtile et originale de rappeler l’élément central du film.

Pressage brésilien de la bande originale de « Jurassic Park » paru en 1993 chez MCA Records.

 


« Batman Returns » (Danny Elfman) (1992)

Il y a le « Batman » de Prince… puis le « Batman » de Danny Elfman. Mais il y a aussi « Batman Returns », toujours composé par Danny Elfman… et bizarrement, c’est la moins connue des B.O. de la franchise alors qu’elle est musicalement supérieure au premier volet… allez comprendre…

Ce pressage européen original allemand ne coure pas les rues, surtout à bon prix. Il a été publié chez Warner Bros en 1992, puis a rapidement disparu des bacs. Il faut dire que le CD est déjà le petit préféré du public en cette période creuse pour le vinyle. Deux autres pressages de 1992 existent également en dehors de l’Europe : un pressage brésilien et un pressage colombien.

Contrairement au volet précédent de « Batman » (en 1989) ou encore de « Batman Forever » (en 1995), il n’existe aucune compilation de morceaux Pop/Rock parallèle et complémentaire à la B.O. orchestrale de « Batman Returns ». On retrouve tout de même un morceau interprété par le groupe Siouxsie And The Banshees, composé en partie par Danny Elfman.

En 2017, le label Mondo a réédité cette B.O. en l’éditant dans une version étendue et limitée à 2000 exemplaires. On retrouve ainsi 26 morceaux au lieu des 14 morceaux d’origine, le tout déployé sur trois vinyles de couleur.

Pressage européen de la bande originale de « Batman Returns »,
publié en 1992 chez Warner Bros Records.

 


« The Broken Circle Breakdown » (The Broken Circle Breakdown Bluegrass Band) (2012)

Un coup de cœur cinématographique comme un coup de cœur musical. « Broken Circle Breakdown » (« Alabama Monroe » en français) est un florilège très réussi, rempli de morceaux Bluegrass très typés. Une présence sonore unique, des enregistrements de qualité pour un véritable hommage aux racines de la musique américaine. On pourrait aisément rapprocher cette B.O. à celle d’ « O Brother, Where Art Thou ? ».

Bjorn Eriksson, le compositeur et guitariste à l’origine de cette B.O. (et passionné de musique Bluegrass depuis l’âge de ses seize ans), a spécialement créé de nouveaux arrangements tirés des musiques de Bruce Springsteen, Johnny Bella ou encore Lyle Lovett. La plus belle chanson de cet album reste « If I Needed You » à savourer de toute urgence.

Le vinyle, publié chez Musicmaniarecords, a été publié et numéroté à 500 exemplaires uniquement. C’est un pressage belge, habillé d’une magnifique couleur argentée.

Pressage belge de la bande originale de « The Broken Circle Breakdown »,
limité à 500 exemplaires dans le monde.