La Foire Metal, A Headbanger's Journey đŸ€˜đŸ»đŸ”„đŸ’€ | Monsieur Vinyl
3411
post-template-default,single,single-post,postid-3411,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

La Foire Metal, A Headbanger’s Journey đŸ€˜đŸ»đŸ”„đŸ’€

đŸ”„ Metal, Bloody Metal đŸ”„ Excursion et immersion dans la premiĂšre Foire aux Disques Metal du Grand Est, propulsĂ©e par l’Association ‘Outre-ScĂšnes’ qui a organisĂ© le 2 JUIN 2019 cet Ă©vĂ©nement entiĂšrement consacrĂ© Ă  ce genre musical hautement apprĂ©ciĂ© dans l’hexagone. Je suis allĂ© Ă  la rencontre des diffĂ©rents exposants, associations et artistes prĂ©sents Ă  cette foire, dont Sybille (photographe), Vincent (exposant spĂ©cialisĂ© dans les magazines de Rock), Sarah (PrĂ©sidente de l’Association des Cultures Inhabituelles et DĂ©calĂ©es), Danae (artiste/crĂ©atrice de poupĂ©es pour ‘Future Breeds’) et Matteo Falone (dessinateur-illustrateur). Voici un compte-rendu vidĂ©o de ce voyage au pays de la guitare hautement inflammable.

LA FOIRE METAL, A HEADBANGER’S JOURNEY Une vidĂ©o proposĂ©e par MONSIEUR VINYL / Tournage, Montage, Son et RĂ©alisation : MONSIEUR VINYL / CaptĂ© le 2 JUIN 2019 Ă  SerĂ©mange-Erzange (57), avec l’aimable autorisation de l’Association ‘Outre-ScĂšnes’ / Musique : FERRITERIUM, « Chapitre 5 », extrait de l’album « Le Dernier Livre » (2019), avec l’aimable autorisation de ‘Epictural Production’ / Remerciements : Merci Ă  Joss pour son accueil et sa disponibilitĂ© durant l’Ă©vĂ©nement. Merci Ă  Sybille, Vincent, Sarah, Danae et Matteo Falone. Un merci tout particulier Ă  Charles « Cosmocats ».

Joss

PrĂ©sident de l’Association ‘Outre-ScĂšnes’

Association pour la promotion du Metal extrĂȘme dans la rĂ©gion Grand Est. Organisation de bourses, merchandising, concerts, festival.

Facebook : @outrescenes

 

Monsieur Vinyl : Joss, tu organises cette foire aux disques Metal, ici Ă  SĂ©rĂ©mange, en Moselle. C’est une premiĂšre, et elle a Ă©tĂ© organisĂ©e par ton association ‘Outre-ScĂšnes’. Parle-moi un peu de cette association.

Joss : ‘Outre-ScĂšnes’ est nĂ©e l’annĂ©e derniĂšre, fin Octobre 2018. Elle a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e avec une bande d’amis passionnĂ©s de Metal, afin de complĂ©ter ce qui se faisait dans les environs, avec plusieurs projets, notamment cette bourse aux disques, et par la suite des concerts voire un festival.

M.V. : Il y a deux groupes qui sont présent à cette foire.

Joss : Oui, il y a d’abord Orbis, un groupe qui fait partie de notre association, et qui propose du Stoner Doom, un Metal un peu lent, assez spatial et psychĂ©dĂ©lique. Il y a trĂšs peu de temps, ils ont sorti une premiĂšre dĂ©mo, sous l’aspect d’un EP trois titres. Quant au deuxiĂšme groupe, il s’agit de Catalyst, un groupe de Death Metal assez technique, qui a signĂ© sur un label, publiĂ© un album et qui va prochainement partir en tournĂ©e.

Sybille

Photographe et fondatrice de ‘Objectif Crazy’

Facebook : @objectifcrazy

Monsieur Vinyl : Bonjour Sybille !

Sybille : Bonjour !

M.V. : Tu es exclusivement photographe dans le monde Metal ? Ou tu photographies les artistes en général ?

S. : Je photographie tout le monde ! Je fais des portraits, des mariages, des shootings Ă  thĂšme,… tout !

M.V. : Tu as déjà fait des pochettes de vinyles en tant que photographe ?

S. : Non, mais ce serait terrible ! Il y a tellement de possibilités, de trucs à faire, ce serait génial !

M.V. : Il y a un travail de maquillage aussi Ă©galement. Tu as une maquilleuse qui t’accompagne durant tes sessions ?

S. : Non, la maquilleuse c’est moi ! C’est tout moi !

M.V. : Comment tu en es venue Ă  la photographie ?

S. : Pour commencer, j’ai une amie qui m’a transformĂ©e en modĂšle. Et puis, aprĂšs quelques shootings photo, j’ai dĂ©cidĂ© de passer du cĂŽtĂ© obscur de la force, et de passer derriĂšre. Comme j’aime beaucoup m’inventer des histoires, c’est parti comme ça.

M.V. : Tu as un studio photo ? Tu shootes Ă  l’extĂ©rieur ? En urbex ?

S. : En urbex, j’aime beaucoup et j’en ai fait, mais j’avoue que je suis une trouillarde ! Je fais beaucoup de nature. J’en fais aussi quelques-unes en studio ; mais pour tout vous avouer, c’est fait dans ma cuisine, parce que j’adore la peinture de ma cuisine !

M.V. : Tu es un petit peu collectionneuse de vinyles ?

S. : Non, mais j’en cherche un en particulier, un vinyle des Scorpions avec le morceau « Still Loving You’, que j’avais trouvĂ© en petit 45 Tours, mais que je recherche au format maxi. Aujourd’hui, je suis dans un bon contexte pour le trouver, donc j’espĂšre tomber dessus.

M.V. : Tu mets un peu tes photos en ligne ?

S. : Je mets toutes mes photos en ligne. C’est davantage axĂ© tout public. J’ai commencĂ© dans le ‘dark’ et, forcĂ©ment, ça touche pas tout le monde. Donc, j’ai dĂ» un peu me diversifier, avec des photos un peu plus fĂ©eriques, plus soft, des photos de mariages, d’anniversaires, etc…

M.V. : Tu nous tiens au courant de la suite sur internet ?

S. : Avec plaisir ! Et si fais du vinyle, je le dirais encore plus !

Vincent

Exposant Ă  la Bourse Metal

Monsieur Vinyl : Bonjour Vincent !

Vincent : Bonjour !

M.V. : Tu as un maximum de magazines sur ton stand, de Hard Rock Magazine Ă  Rock Hard, en passant par Metallian ou encore Noizy Mag et Hard N’ Heavy. Pourquoi vends-tu ces magazines ?

V. : Comme je collectionne un exemplaire de chaque pour ma collection privĂ©e – et comme c’est difficile parfois d’en retrouver en piĂšce unique – je rĂ©cupĂšre des lots et je me retrouve avec des doublons. Et c’est ces mĂȘmes doublons que je recĂšle pour Ă©viter d’avoir trop de stock. Ça me permet aussi de partager cette passion. Ça intĂ©resse du monde. À l’instar du CD ou du vinyle, on retrouve des amateurs de la piĂšce en elle-mĂȘme, pour le cĂŽtĂ© matĂ©riel.

M.V. : Et dans ces magazines, il y a une incroyable mine d’informations. On y parle d’Anthrax, de Steve Vai, de Joe Satriani, de Faith No More, c’est comme des archives finalement. À quel moment as-tu commencĂ© ta collection de magazines ?

V. : J’ai commencĂ© au milieu des annĂ©es quatre-vingt dix, en pleine pĂ©riode Grunge, plus prĂ©cisĂ©ment en 1994. J’Ă©tais ado quand Kurt Cobain s’est suicidĂ©. Du coup, je me suis mis Ă  la musique, et j’ai commencĂ© Ă  acheter des magazines. Puis, j’ai ensuite rachetĂ© des magazines plus anciens issus de la fin des annĂ©es soixante-dix et du dĂ©but des annĂ©es quatre-vingt.

M.V. : Lors de cette bourse aux disques, tu as vendu le numĂ©ro 1 de Rock Hard…

V. : Oui, avec AC/DC en couverture.

M.V. : Tu collectionnes aussi les vinyles à cÎté ?

V. : Oui, j’ai commencĂ© aussi au milieu des annĂ©es quatre-vingt dix. Je me rendais en magasin pour les acheter, ou je me les procurais par correspondance (VPC). Je commandais notamment chez Holy Records. Maintenant, Discogs est un bel outil, que j’utilise. Ça me permet de trouver des belles piĂšces, des Ă©ditions limitĂ©es, ou encore commander des cassettes audios.

Sarah

PrĂ©sidente de l’ ‘Association des Cultures Inhabituelles et DĂ©calĂ©es’ (A.C.I.D.) 

A.C.I.D. a pour but de réunir et de créer des liens entre toutes personnes ayant un style original et de se battre contre la discrimination.

Site internet : www.acid-association.fr
Facebook : @acidasso
Instagram : @acid_association
YouTube : youtube.com

Monsieur Vinyl : Bonjour Sarah !

Sarah : Bonjour !

M.V. : Quel est l’objectif de ton association ?

S. : L’association A.C.I.D. lutte contre la discrimination liĂ© au style vestimentaire, et on crĂ©Ă© l’Ă©vĂ©nementiel alternatif, c’est Ă  dire l’Ă©vĂ©nementiel autour des univers qui sont mĂ©connus, pour pouvoir permettre aux communautĂ©s de se retrouver et de se rencontrer. Chez A.C.I.D., on pense que si les communautĂ©s sont un peu plus unies, ce sera forcĂ©ment plus facile pour elles de se lier contre les discriminations, et de lutter contre les choses un peu plus difficiles que l’on peut rencontrer quand on a un style original.

M.V. : De quelle maniĂšre l’association lutte ?

S. : On a crĂ©Ă© une exposition qui se nomme « MĂ©tiers & IdentitĂ©s » oĂč l’on peut voir des photos-portrait de personnes avec leur style quand ils travaillent et leur style quand ils sont dans le cadre du divertissement. On y trouve des profils de personnes aux mĂ©tiers trĂšs intĂ©ressants, comme des professeurs, des psychologues, ou encore des mĂ©decins, qui ont des styles trĂšs originaux, gothiques, ou mĂ©talleux. En parallĂšle, on a crĂ©Ă© une confĂ©rence qui s’appelle « La discrimination, le harcĂšlement, la violence » qui explique ce qu’est la discrimination, comment s’en protĂ©ger, comment protĂ©ger les autres et, surtout, comment ne pas ĂȘtre harceleur parce que il arrive qu’on le soit sans s’en rendre compte.

M.V. : Ce que tu exposes sur ton stand à cette bourse aux disques Metal, ce sont des créations originales ?

S. : Oui, c’est ‘L’Antre du Corbeau‘ qui nous a crĂ©Ă© et offert des bijoux faits mains. Certains sont fabriquĂ©s Ă  base de matĂ©riaux de rĂ©cupĂ©ration, d’autres avec des ossements, ou encore du bois. Cela nous permet d’avoir un peu de merchandising sur des Ă©vĂ©nements afin de prĂ©senter notre association et financer notre projet.

M.V. : Autour de ça, tu collectionnes un peu les vinyles ?

S. : Personnellement, je suis trĂšs Metal. La plupart des membres de l’association sont trĂšs Metal aussi. AprĂšs, on est pas uniquement axĂ©s autour du Metal, on essaye d’ĂȘtre trĂšs Ă©clectiques. On accepte tout le monde. On a des gens dans l’association qui n’ont pas de styles originaux et qui n’Ă©coutent pas du tout de la musique extrĂȘme. On fait mĂȘme dĂšs fois du ‘lolita’ (K-Pop, J-Pop). AprĂšs, pour ma part, j’aime bien les vinyles, mĂȘme si j’en ai pas chez moi. Quand je vais chez des amis qui en ont, j’apprĂ©cie.

logo par Aristide Appourchaux Illustration

Danae

CrĂ©atrice/Artiste ‘Future Breeds’ 

Dolls Cutomization + Photography

Facebook : @naekodolls
Instagram (1) : @naekodolls
Instagram (2) : @naekodolls_customs

Monsieur Vinyl : Bonjour Danae !

Danae : Bonjour !

M.V. : Parle-nous de tes poupĂ©es, parce qu’elles sont trĂšs trĂšs belles. C’est toi qui les conçoit ?

D. : Moi, je ne conçois pas la tĂȘte ni le corps. À la base, c’est des poupĂ©es que je collectionnais, et qui sont vendues en kit avec des maquillages prĂ©faits et des tenues. AprĂšs, c’est des corps et des tĂȘtes diffĂ©rentes que l’on peut acheter en fonction de ce que l’on recherche. Pour ma part, je les modifie en les creusant, en les sculptant, en les modelant avec de la pĂąte epoxy et avec diffĂ©rents matĂ©riaux (de la peinture, de la colle, du vernis,…).

M.V. : À chaque fois, il y a une histoire autour de tes poupĂ©es ?

D. : Oui. Par exemple, celle-ci je l’ai conçue en vacances en m’inspirant d’un album de mon groupe prĂ©fĂ©rĂ©, MGLA « With Hearts Toward None », qui est un album extrĂȘmement puissant, trĂšs guerrier. C’est un peu l’esprit que j’ai voulu donner Ă  ce genre de poupĂ©e, avec un Ă©norme casque et son cĂŽtĂ© trĂšs combative.

M.V. : Tu fais des poupées depuis combien de temps ?

D. : Depuis deux ans.

M.V. : Tu collectionnes des vinyles ?

D. : Non, je collectionne les CD… pour les vinyles je n’ai pas les sous. Pour me mettre au vinyle, il faudrait dĂ©jĂ  que je possĂšde un lecteur qui vaille le coup. J’ai un combi vinyle/CD/cassette (le truc trois-en-un) qui a un mauvais son et que j’ai depuis l’Ăąge de mes 5 ans… donc il ne marche plus ! J’ai quand mĂȘme quelques vinyles, notamment ceux de mes groupes phares.

Matteo Falone

Dessinateur/Illustrateur ‘Interzone’

Facebook : @interzoneart
Instagram : @interzoneart

Monsieur Vinyl : Bonjour Matteo !

Matteo Falone : Bonjour !

M.V. : Tu dessines depuis combien de temps ?

M.F. : Depuis toujours ! Je dessine depuis l’Ăąge de mes 3 ans. Ce que je prĂ©sente sur mon stand aujourd’hui date plus ou moins de deux ans.

M.V. : Tu t’es notamment occupĂ© d’un groupe de Metal qui se nomme Orbis…

M.F. :  Oui, j’ai rĂ©alisĂ© les visuels alternatifs, les t-shirts, les stickers que tu peux trouver sur leur stand, et l’affiche de leur concert.

M.V. : Dans ton parcours, j’imagine que tu aimerais concevoir un jour une pochette vinyle ?

M.F. :  Oui, ce serait une consĂ©cration. DĂ©jĂ , tu as le format qui permet plus de possibilitĂ©s. LĂ , par exemple, j’ai dessinĂ© une pochette d’album pour un support cassette; ce qui est largement plus petit. J’aimerais bien que l’on me propose d’illustrer une pochette vinyle. Et puis, je commence seulement Ă  travailler avec des groupes de musique.

M.V. : Ton style, c’est du noir et blanc uniquement ? Tu fais un peu de sĂ©rigraphie ?

M.F. : Je travaille avec des sĂ©rigraphes, notamment pour mes t-shirts et mes impressions papier. J’aimerais bien me mettre Ă  la sĂ©rigraphie, et apprendre des techniques d’impression moi-mĂȘme pour commencer Ă  Ă©diter des choses. Sinon, je travaille principalement Ă  l’encre de Chine, en noir et blanc.

M.V. : Il y a combien de temps de travail sur chaque dessin ?

M.F. : Beaucoup d’heures ! Ça dĂ©pend des projets. Il y en a qui vont me prendre une quinzaine d’heures, d’autres qui seront beaucoup plus rapides Ă  rĂ©aliser. C’est selon les formats, les exigences, la densitĂ© du dessin ou encore les dĂ©tails.

Photographies, Illustrations & Tatouages

 

‘LITTLE BIG TATTOO SHOP’
www.facebook.com/littlebigtattooshop

‘NARAKA’ TATOUAGES
www.facebook.com/narakagarden
www.instagram.com/narakagarden

‘KAOS OBSCURE ART’
BY FABRICE ROMO

www.fabriceromo.fr

ARS GOETIA DESIGN
www.arsgoetia.fr

Bijoux & Créations Artisanales

 

‘L’ANTRE DU CORBEAU’
www.facebook.com/lantreducorbeau