Arrivages Rentrée 2020 📦 les découvertes Indie | Monsieur Vinyl
5270
post-template-default,single,single-post,postid-5270,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
Arrivages Rentrée 2020, les découvertes Indie

Arrivages Rentrée 2020 📦 les découvertes Indie

Un vent de dĂ©couvertes souffle sur cette rentrĂ©e 2020. Voici un condensĂ© de plusieurs vinyles ‘indie’ qui ont dĂ©barquĂ©s dans ma collection.

Tops, "I Feel Alive"

Tops – “I Feel Alive”

Au Canada, on sait faire de la bonne musique. Et même lorsque le pays flirte avec la Pop Music (une spécialité généralement plus scandinave), la réponse est surprenante.

Avec “I Feel Alive”, le groupe Tops, prĂ©sent depuis 2011 sur la scène indĂ©pendante canadienne et menĂ© par la dĂ©licieuse Jane Penny, propose un album qui rend clairement hommage aux sonoritĂ©s eighties, un chassĂ© croisĂ© entre ABBA et Fleetwood Mac, saupoudrĂ© lĂ©gèrement d’un bon Carpenters.

EnregistrĂ© entre MontrĂ©al et Berlin, l’album est le compagnon idĂ©al d’un road-trip campagnard et ensoleillĂ©. Un album qui fait du bien aux z’ouilles et qui a Ă©tĂ© proposĂ© en Ă©dition limitĂ©e grise splatter. Le vinyle classique noir est, quant Ă  lui, toujours disponible sur le Bandcamp du groupe.

LEUR BANDCAMP

Alex Henry Foster & The Long Shadows – “Windows In The Sky”

Transcendental, rĂ©el, ressenti et profondĂ©ment immersif, “Windows In The Sky” est un album hors du temps et pourtant si actuel. Une exploration introspective dans un Rock Progressif ambiant maĂ®trisĂ© oĂą chaque maux amène un phrasĂ© Ă  la rĂ©sonance particulière.

C’est la force d’Alex Henry Foster, un artiste montrĂ©alais (ex Your Favorite Enemies), vĂ©ritable chef d’orchestre de vie, qui se donne sans mesure et sait se connecter Ă  son public avec une sincère humanitĂ©. Ses chansons ont le courage et l’urgence de ses nombreuses Ă©motions personnelles vĂ©cues, qu’elles soient passĂ©es ou futures.

Dans cet album – Ă©crit au Maroc, après le dĂ©part pour les cieux de son paternel – on traverse Ă  ses cĂ´tĂ©s les nombreuses vagues musicales qu’il nous communique. Les multiples ambiances et couleurs de ce premier opus solo ont le don d’hypnotiser l’instant et de faire rĂ©flĂ©chir son auditeur. Chaque chanson forme un tout solidaire.

Dans son parcours, il n’a pas non plus oubliĂ© de crĂ©er une ode au support vinyle en intĂ©grant sa propre usine de pressage Ă  mĂŞme son studio d’enregistrement situĂ© dans une ancienne Ă©glise catholique de Drummondville rachetĂ©e en 2010.

C’est dĂ©sormais accompagnĂ© de son groupe The Long Shadows qu’il vogue Ă  la rencontre de son public. Une tournĂ©e est d’ailleurs prĂ©vue entre Mai et Juillet 2021 Ă  travers toute l’Europe.

En 2020, l’album bĂ©nĂ©ficie d’une rĂ©Ă©dition en vinyle noir. Bien sĂ»r, les plus collectionneurs auront dĂ©jĂ  dans leurs Ă©tagères les Ă©ditions spĂ©ciales publiĂ©es en 2018 en vinyle ‘transparent splatter vert’ ou en ‘vert ocĂ©an marbrĂ©e’.

LEUR SITE

Shura, "Forevher"

Shura – “Forevher”

C’est en Angleterre que l’on retrouve une artiste intrigante : Shura. Une artiste, aujourd’hui installĂ©e Ă  Brooklyn, peu connue en France, qui est revenue avec un second album Ă©clairĂ©, Ă©lectronique et inspirĂ©. Une femme de caractère qui affiche clairement sa diffĂ©rence.

“Forevher” – puisque c’est de lui que l’on parle – est aussi sublime graphiquement que musicalement. L’album dĂ©coche un coup de pied dans la fourmilière des artistes pop-electro fĂ©minines. Christine & The Queens a intĂ©rĂŞt Ă  bien se tenir !

Des morceaux comme “Religion (U Can Lay Your Hands On Me)”, “Skyline, Be Mine”, “Bklynldn” ou “Forever” sont parfaitement produits.

Une Ă©dition vinyle limitĂ©e et numĂ©rotĂ©e Ă  500 exemplaires en ‘Bleu Splatter’ avait Ă©tĂ© proposĂ© par Vinyl Me, Please. Ă€ l’heure oĂą j’Ă©cris ces lignes, d’autres variantes en vinyle sont encore disponibles sur le store de Shura.

SON SITE

The Midnight, "Monsters"

The Midnight – “Monsters”

Le groupe amĂ©ricano-danois The Midnight s’est imposĂ© en quelques annĂ©es comme une rĂ©fĂ©rence sĂ»re en synthwave retro. Bon nombre de groupes ont tentĂ© de les Ă©galiser (comme les anglais Wolf Club, les Australiens September 87 ou les amĂ©ricains Kalax et Lazerhawk), mais The Midnight intègre Ă  leurs compositions le supplĂ©ment sonore qui fait toute la diffĂ©rence.

ImmĂ©diatement reconnaissable Ă  leurs sonoritĂ©s hyper travaillĂ©es et Ă©tant les seuls Ă  avoir osĂ© intĂ©grer le saxophone, le groupe vient de dĂ©livrer son meilleur opus depuis “Nocturnal”. Voici donc “Monsters”, signĂ© chez Counter Records, un album totalement rĂ©ussi qui se prĂ©sente en double vinyle ‘mauve splatter’, le tout pressĂ© aux États-Unis.

LEUR SITE

Haru Nemuri, "Lovetheism"

Haru Nemuri – “Lovetheism”

Après un premier album majestueusement bien reçu par le public, l’une des plus atypiques des artistes japonaises indĂ©pendantes revient sur le devant de la scène avec un second album intelligemment baptisĂ© “Lovetheism”.

Beaucoup de fans attendaient le retour de la retentissante Haru Nemuri. Aucune dĂ©ception Ă  signaler, car l’Ă©volution artistique est rĂ©ussie. Les quelques failles de “Haru To Shura” ont Ă©tĂ© revues. Ce nouvel album cuvĂ©e 2020 s’offre ainsi plus accessible Ă  tous ceux qui seraient rĂ©fractaires Ă  la J-Pop croisĂ©e avec le Rock.

SignĂ©e chez Specific Records, le label de La Face CachĂ©e, la fabrication des vinyles 180 grammes de l’album a Ă©tĂ© divisĂ©e en trois : un vinyle ‘rouge carmine’, un vinyle ‘gris foggy’ et un vinyle ‘or glacĂ©’. Chaque Ă©dition a Ă©tĂ© limitĂ©e Ă  333 exemplaires.

SON SITE

Cherry Glazerr, "Stuffed & Ready"

Cherry Glazerr – “Stuffed & Ready”

Pourquoi le Rock reste t’il une spĂ©cialitĂ© anglophone ? Vous trouverez plusieurs Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse au sein de ce quatrième album de Cherry Glazerr. Un groupe d’expĂ©rience dont Clementine Creevy, sa principale meneuse, entretient un rapport tout particulièrement affectueux avec sa guitare.

Si, au temps de “Nevermind”, Kurt Cobain avait imaginĂ© des enfants du Grunge, il n’aurait pas imaginĂ© mieux. “Stuffed & Ready” est dopĂ© Ă  l’adrĂ©naline, les cordes de guitare chauffent, et cette combinaison forme une belle cohĂ©rence. Rajoutez Ă  cela une production rĂ©ussie et un mixage ‘Ă  la californienne’ du plus bel effet, et vous obtenez un album composĂ© de dix morceaux costauds.

La version vinyle a uniquement été proposée aux États-Unis sous trois variantes : un vinyle noir classique, un vinyle rouge et enfin un vinyle orange marbré.

LEUR SITE

Beach House, "7"

Beach House – “7”

Un groupe pas si nouveau puisque, comme l’indique le chiffre de son album, il en est Ă  sa septième crĂ©ation. La crĂ©ation sacrĂ©e ? Très certainement, tant cet opus a le don de vous faire voyager en bonne Dream-Pop qu’elle se doit. En isoler un morceau devient un sacrifice qui peut abĂ®mer toute une sublime structure musicale.

Ĺ’uvrant depuis 2004, le duo amĂ©ricain – constituĂ© de Victoria Legrand (nièce de Michel Legrand) et Alex Scally – a dĂ©cidĂ© de partir sur de nouvelles bases et s’autoriser Ă  sortir du cadre. Éveiller sa crĂ©ativitĂ© commence aussi par une forme de confort ; c’est ainsi la naissance d’un home studio dans lequel les deux musiciens vont s’avĂ©rer prolifiques. C’est ainsi que “7” s’avère l’album parfait pour vous faire monter au septième ciel, et cĂ´toyer les Ă©toiles.

Trois éditions vinyles distinctes ont été publiées : une version blanche transparente, une version blanche opaque et une version jaune.

LEUR SITE

Bat For Lashes, "Lost Girls"

Bat For Lashes – “Lost Girls”

Derrière Bat For Lashes se dissimule Natasha Khan, une artiste aux origines anglo-pakistanaises en provenance de Brighton qui – après s’ĂŞtre installĂ©e Ă  Brooklyn – a aujourd’hui posĂ© temporairement ses valises dans un quartier mexicain de Los Angeles.

Elle qui Ĺ“uvre depuis 2006 dans le sillon musical anglophone a eu le temps d’effectuer plusieurs premières parties pour Coldplay ou encore CocoRosie. DĂ©sormais, son contrat avec une major a pris fin. La voilĂ  libre de crĂ©er sans contraintes.

C’est donc tout naturellement que la crĂ©ative Natasha – en parallèle Ă  l’Ă©criture d’un film – s’est attelĂ©e Ă  concevoir le cinquième album de sa discographie : “Lost Girls”. Un titre en rĂ©fĂ©rence Ă  “Lost Boys” (“GĂ©nĂ©ration Perdue”), un film des annĂ©es quatre-vingt qui mettait en scène un gang de garçons vampires. Pour son album, Natasha a prĂ©fĂ©rĂ© opter pour des filles vampires.

Ce cinquième album est un bonbon rempli de douceur. L’utilisation de l’Ă©lectro augmente ce cĂ´tĂ© ‘cocooning’. Mais ne vous y mĂ©prenez pas ; quelques phrasĂ©s ci-et-lĂ  vous rappelle que cette belle ambiance dissimule, en rĂ©alitĂ©, une facette beaucoup plus dark.

Le vinyle de l’album a Ă©tĂ© publiĂ© sous quatre versions diffĂ©rentes : un vinyle blanc transparent splatter (Ă©dition ‘Sunrise’), une version Tie & Dye rouge/mauve (Ă©dition ‘Sunset’), une version grise exclusive pour Urban Outfitters, et enfin une version noire classique.

SON SITE

Now Now, "Saved"

Now, Now – “Saved”

Dans la famille Emo, je demande le groupe qui se rĂ©invente. Now, Now est en quĂŞte d’un Ă©ternel ‘maintenant’, alors que le groupe ne date pourtant pas d’hier ; depuis 2008 pour ĂŞtre prĂ©cis. C’est dire le chemin dĂ©jĂ  parcouru.

Pendant huit ans, Now Now aurait pu continuer Ă  ĂŞtre la formation-miroir des Chvrcvhes ; une fille, deux hommes… si l’un des deux mâles du groupe n’avait pas quittĂ© le groupe un an avant l’arrivĂ©e de leur troisième album “Saved”. La chanteuse KC Dalager est bien l’exact contraire de Lauren Mayberry, mais l’investissement artistique demeure identique.

Dans ce troisième opus, une maturitĂ© stylisĂ©e fait immĂ©diatement effet. Les premiers morceaux s’accrochent rapidement Ă  vous. Vous ĂŞtes rapidement hypnotisĂ©s par leur efficacitĂ© : “SGL”, “MJ” ou encore “AZ” sont aussi originaux que leurs noms. L’album qui suit est une expĂ©rience de plongĂ©e dans un bain Pop, flirtant lĂ©gèrement avec le Rock, qui ne pourra pas vous laisser insensible, si d’aventure cela correspond Ă  vos voyages musicaux habituels.

LEUR SITE

Shey Baba, "Requiem"

Shey Baba – “Requiem”

Musicalement, ce n’est pas le plus joyeux des albums de 2020, mais c’est certainement l’un des plus intĂ©ressants Ă  dĂ©couvrir. Shey Baba est un artiste-ovni, comme on aimerait en voir plus souvent dans la sphère Pop europĂ©enne. Hybride de part ses origines

Ce qui est d’autant plus dommage, c’est que le grand public soit totalement passĂ© Ă  cĂ´tĂ© de ce phĂ©nomène musical, pourtant signĂ© chez Virgin EMI. Son premier album, baptisĂ© “Requiem”, est une cathĂ©drale vocale, avec d’innombrables paillettes sonores autour. C’est une rencontre entre plusieurs genres, une fusion de styles qui crĂ©Ă© quelque chose de diffĂ©rent.

“Requiem” souffre d’une mauvaise distribution sur le marchĂ© du vinyle, et il n’est pas garantit que vous puissiez le commander assez facilement en boutique. Pour le dĂ©nicher, il vous reste dĂ©sormais le marchĂ© de l’occasion. Sur le site de l’artiste, de nouvelles copies en vinyle seront bientĂ´t stockĂ©es.

SON SITE