Yado Vinyl, l'homme qui créait des vinyles | Monsieur Vinyl
2497
post-template-default,single,single-post,postid-2497,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Yado Vinyl, l’homme qui créait des vinyles

Il fallait bien un jour que quelqu’un le propose. Et quelqu’un l’a fait. Dans le Nord de la France, un homme a créé une petite merveille : un graveur de vinyle, complètement construit artisanalement, de A à Z. L’objectif : proposer sur internet un service de gravure de vinyle à l’unité. Lancé durant l’été 2018, Yado Vinyl reçoit aujourd’hui de nombreuses commandes, venant des quatre coins de la France et même de l’étranger. Il faut dire que ses vinyles sont incroyablement bien finalisés ; ce fan de musique donne véritablement du cœur à l’ouvrage et de son temps pour chaque galette noire (et de couleur) qu’il produit, afin de satisfaire les plus mélomanes d’entre nous. Partons pour une exploration de son univers et des multiples possibilités techniques qu’il propose.

 

Vous êtes vous déjà demandé si tel ou tel enregistrement que vous aimiez existait en vinyle ? Puis, dans la seconde suivante, vous vous rendiez compte que cet enregistrement n’existait pas sous ce support ? Faut-il alors vraiment attendre que celui-ci soit un jour édité par un label ? Aujourd’hui, la réponse est non, n’attendez plus ! Et si par miracle vous pourriez graver sur vinyle pour votre plaisir personnel ? C’est certainement ce que Yado Vinyl s’est dit le jour où il a créé sa propre machine à graver les microsillons : se donner la liberté de se créer une copie privée à usage personnel.

Une machinerie incroyable

La passion permet de réaliser des choses merveilleuses, et la machine de Yado Vinyl en est la preuve. Pas moins de 7 mois de travail ont été nécessaires pour mettre sur pied ce graveur pensé dans les moindres détails. On y trouve une tête de gravure avec deux enceintes intégrées, mais aussi un boîtier de contrôle (afin de contrôler la vitesse de gravure ou encore régler la température de chauffe du diamant), un amortisseur à huile (afin de régler la suspension et le poids de la tête sur le vinyle pendant la gravure), et un microscope (afin de vérifier les sillons).

Dans une petite pièce de sa maison, Yado se transforme alors en magicien, faisant (presque) tout ce qu’il veut avec ses galettes. Les possibilités à son catalogue semblent infinies. Vous souhaitez un vinyle de couleur ? C’est possible ! Il vous suffit de choisir parmi son vaste nuancier, allant du bleu au rouge, en passant par le vert, le jaune, l’orange, le mauve, et même le fluo ! D’ailleurs, c’est lui-même qui vous appliquera la couleur choisie sur un vinyle vierge transparent de 2 mm d’épaisseur (l’équivalent d’un 180 gr dans le commerce, avec la même durée de vie). Il peut même vous combiner les couleurs pour rendre votre vinyle totalement unique !

Et si vous avez envie d’un picture-disc, avec une belle image de votre artiste favori (ou de votre chat), c’est encore possible ! Pareil pour un vinyle découpé (à l’aide d’une scie à chantourner)… un vinyle tâché… un vinyle caméléon…  ! C’est à se demander si Yado a des limites lorsque l’on sait qu’il a même expérimenté la fabrication d’un vinyle ‘liquid-filled’, autrement dit avec du liquide à l’intérieur !

Une fabrication artisanale

On connaissait la fabrication industrielle du vinyle, à l’image de l’usine MPO en France. Pour Yado, la même chose est possible et le cheminement qu’il utilise est bien différent… pour un résultat quasi-identique.

Tout d’abord, il réceptionne vos fichiers audio et les passe dans un logiciel de traitement de son, avec lequel il va indiquer les différentes séparations entre les morceaux, afin que les pistes soient correctement identifiables visuellement sur le vinyle. Après avoir également défini la plage de départ et de fin, il va régler à l’aide d’une table de mixage les décibels de l’enregistrement afin que le son soit le plus propre possible.

Vient ensuite la phase de gravure. Un vinyle vierge est préalablement préparé à l’aide d’un produit graissant pour aider à faire glisser le diamant. Cela aura aussi pour conséquence d’obtenir un minimum de bruit de fond lors de l’écoute. Enfin, l’électricité statique est retirée à l’aide d’un petit chiffon en microfibre. Le vinyle nettoyé est alors est posé sur une platine, maintenu par un palet presseur afin d’éviter tout mouvement qui compromettrait la gravure. Avec les enceintes intégrées sur la tête de gravure, Yado a la possibilité d’écouter votre enregistrement en temps réel pendant la gravure. Un microscope rattaché à la machine va lui permettre de vérifier le bon déroulement du procédé.

Une fois les deux faces gravées, le vinyle sera écouté sur une platine classique afin de vérifier que tout est en ordre.

Du vinyle… à la pochette !

Mais les choses ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Dans l’atelier de Yado, on retrouve également une machine à découpe et une grande imprimante (ou plutôt un traceur à jet d’encre, pour les plus experts). Vous l’aurez compris, avec ce matériel, il vous est également possible de personnaliser la pochette, la sous-pochette et même le macaron de votre vinyle ! Pour cela, il vous suffit de votre côté de préparer vos éléments graphiques, en couleur RVB, tout en prenant soin de respecter les bonnes dimensions. Pour la conception d’un 33 tours, prévoyez 100 mm de diamètre pour le macaron, 310 mm au carré pour une pochette simple et 305 mm au carré pour la sous-pochette. Une double pochette (en gatefold) peut aussi être produite.

Enfin, vous pouvez également choisir la taille de votre galette. Trois dimensions s’offrent à vous : en 12″ (taille 33 tours), en 7″ (taille 45 tours) et même en 10″ (taille 25 cm) ! Tout cela, bien entendu, combinable avec les différentes personnalisations couleur citées quelques lignes plus haut.

La pochette imprimée obtenue sera alors vernis, découpée, pliée et collée à la main. Quant aux macarons, ils seront imprimés sur un papier autocollant puis découpés automatiquement via la machine à découpe. Ils seront ensuite collés manuellement au centre du vinyle, pour chaque face.

La qualité du son sur votre vinyle ne dépend que de vous !

Évidemment, si vous souhaitez obtenir le meilleur son possible sur votre vinyle, je vous conseille de délivrer à Yado le meilleur fichier audio qui soit. Et pour ce faire, optez plutôt pour le format WAV (de préférence en 48 khZ 24 bits), un format audio qui – par défaut – ne compressera pas votre enregistrement. Mais il est tout à fait possible de transmettre à Yado d’autres formats, comme le FLAC, le AIFF, le WMA ou encore du MP3 cadencé à 320 kbps. La règle est simple : plus vos fichiers sonores seront de qualité, meilleur sera le rendu sonore sur votre vinyle. Toutefois, gardez bien en tête qu’un fichier MP3 – ou tout autre format audio compressé – ne deviendra pas meilleur si vous le convertissez au format WAV.

Veillez également à la durée de votre enregistrement. Chez Yado, l’enregistrement sur un 12″ ne doit pas excéder 30 minutes par face (en vitesse 33 tours), et 10 minutes par face (en vitesse 45 tours). Pour un 25 cm (10″), comptez plutôt 12 minutes maximum par face (en vitesse 33 tours) et 6 minutes maximum par face (en vitesse 45 tours). Enfin, si vous souhaitez graver un 45 tours, veillez à ne pas dépasser 4 minutes par face (en vitesse 45 tours) et 5 minutes par face (en vitesse 33 tours).

Commander son vinyle personnalisé sans bouger de chez soi !

À la fin de l’année 2018, Yado a ouvert une boutique en ligne où il est désormais possible de commander son vinyle sans bouger de chez soi ! Tout est plutôt simple d’utilisation et – surtout – tout y est personnalisable ; vous choisissez la taille du vinyle, la couleur, la vitesse, ou encore la quantité.

Un avantage non négligeable, c’est que le prix ne change pas selon la quantité choisie. Yado va même créer pour vous une Carte de Fidélité qui vous permettra – au bout de 10 vinyles achetés et de même taille – de recevoir un vinyle gratuit.

Haute satisfaction !

C’est avec joie que j’ai donc reçu, un jour, mon vinyle personnalisé de chez Yado. Aucune déception à l’horizon, le travail est propre, les découpes sont soignées, une attention tout particulière a été apportée au support papier comme au support mécanique. Quant à l’aspect sonore, c’est juste royal ! On retrouve trait pour trait le fichier audio fourni ; c’est même meilleur que sur la source originale (tout dépendra – bien entendu – du type de fichier audio que vous lui aurez fourni). Par miracle, aucun souffle ne se fait entendre, le diamant glisse sur le vinyle avec aisance, et c’est un vrai bonheur !

Je ne peux donc que vous conseiller de faire appel à Yado Vinyl pour concevoir des disques que vous avez toujours voulu voir être publiés en vinyles. C’est aussi une bonne idée cadeau. Et si vous souhaitez conserver des souvenirs audio à jamais gravés dans la matière, vous avez tout simplement trouver la solution !

Je terminerais cet article en lançant un grand bravo à Yado. Ceci démontre – une nouvelle fois – qu’une passion est source de talent. Et que la persévérance dans le travail peut faire naître de beaux projets. Surtout lorsqu’ils sont tournés vers les autres… et la musique.

=========================

Pour retrouver Yado Vinyl, un petit tour sur le web s’impose !

Le site : www.yado-vinyl.fr
Le groupe (privé) Facebook : www.facebook.com/groups/yado.vinyl/
La chaîne YouTube : www.youtube.com/channel/UCKkx3P3AQI1PWL4MAajtMOQ

Pour tous renseignements complémentaires, rendez-vous sur la page contact : www.yado-vinyl.fr/nous-contacter

Merci à E.N.G. Sounds à qui l’on doit la découverte du travail de Yado Vinyl.